Statu quo : dégâts d’oiseaux et traitement des semences de maïs

Cette année, les discussions autour du thème des dégâts d’oiseaux dans les champs de maïs allemands ont été particulièrement vives. Les spécialistes soupçonnent un lien étroit avec l’interdiction du mésurol [1]. Depuis le printemps, le Mesurol, l’insecticide à effet secondaire contre les oscinies (insecte), les faisans et les corbeaux, utilisé dans le maïs depuis de nombreuses années, ne peut plus être utilisé. La décision a été prise par la Commission européenne, qui a placé le Mesurol sur la liste rouge des substances nuisibles à l’environnement. Le Comité allemand du maïs (DMK) a fait état dès le printemps des défis à venir en raison de la suppression du Mesurol [2] . Le 03.06.2020 [3], le DMK a constaté une augmentation des dommages causés par les oscinies, les oiseaux et le gibier. En coopération avec les autorités, il a été tenté d’établir une image claire des dommages, hétérogègnes sur le pan régional, causés par les oiseaux, au moyen d’un formulaire d’enregistrement. Le service d’information de la Chambre d’agriculture de Basse-Saxe a également demandé une étude pratique des données sur les dommages causés par les oiseaux dans l’article : “Maïs – Dommages causés par les oiseaux et infestation par les oscinies” [4]. En pratique, on parle souvent de 2020 comme d’une année particulière en ce qui concerne les dégâts causés par les oiseaux. Surtout en ce qui concerne le comportement complexe des corbeaux.

Cependant depuis l’interdiction du Mesurol, aucun répulsif conventionnelpour oiseaux n’est disponible en Allemagne. On s’efforce donc d’aborder le problème par le biais des fongicides et de leurs effets secondaires, par exemple via le principe actif Ziram. Le 03.03.2020, le magazine “Schweizer Bauer” [5] écrit: “Diverses entreprises telles que KWS Suisse proposent des semences de maïs enrobées de Korit comme alternative. “Korit n’est une alternative que si l’infestation par les corbeaux est faible”, souligne Jürg Jost de l’UFA-Samen. Il se réfère également à la fiche de données de sécurité. D’après celle-ci, la prudence est requise lors de l’utilisation de Korit.” La substance active Ziram (contenue dans le Korit/Duvit) est également déjà contestée et n’est autorisée qu’en dehors de l’UE. La loi sur la commercialisation des semences permet néanmoins aux semences traitées d’atteindre l’Allemagne. La valeur ajoutée des conditionneurs de semences est ainsi perdue. Une autorisation d’urgence pour l’Allemagne a été délivrée à la fin de 2019, mais n’a pas été révoquée. Probablement en raison de la mesure suivante concernant l’étiquetage sur les emballages de semences : “Pas d’application de la semence traitée dans des conditions de vent avec des vitesses supérieures à 5 m/s”. Afin d’éviter des effets indésirables sur les organismes non ciblés, il faut s’assurer qu’il ne se trouve pas de poussière dans les emballages de semences et que l’abrasion supplémentaire du traitement soit réduite au minimum lorsque les semences sont soumises à un stress mécanique.

En outre, il faut s’assurer, lors de l’application des semences traitées, que l’émission et le transport de la poussière contenue ou produite par l’abrasion dans le semoir”[6]. Outre les risques pour l’utilisateur déjà mentionnés, le Ziram serait également toxique pour les bactéries. [7] Non seulement dans le domaine des fongicides, en tant qu’alternatives chimiques synthétiques actuelles, il y a des progrès ; des alternatives biologiques émergent également. Le JKI Münster, qui est responsable des expériences sur les répulsifs en Allemagne, travaille déjà sur des alternatives biologiques dans le cadre de différents projets de coopération. Une tendance qui semble avoir un avenir prometteur en raison du développement général de l’interdiction des pesticides chimiques de synthèse. [8] De nombreux agriculteurs ont dû faire face à ces défis cette année. Il est donc important d’examiner de plus près l’occurrence des dommages causés par les oiseaux afin de mieux comprendre la situation.

Mais avant tout, il est important de distinguer les modes d’alimentation. Nos coupables les faisan, les corbeaux et les oscinies ont leurs propres habitudes alimentaires. Le faisan coupe des rangées de jeunes plantes sur le sol, de l’émergence au stade de 4 feuilles. Il préfère manger le grain exposé. On reconnaît généralement le faisan aux trous de hachage dans le sol, dans lesquels on peut encore trouver des restes des jeunes plantes. Les dommages sont principalement dus à de mauvaises conditions de croissance et à un retard dans le développement des jeunes pousses. Contrairement au faisan, les corbeaux arrachent les semis pour atteindre le grain. Souvent, on peut trouver des plantes abimées sur le sol. Les trous profonds dans le sol sont moins fréquents ici. En raison de la grande quantité de masse organique et de la présence accrue d’insectes, les plantes sont parfois arrachées pour les atteindre. La destruction de plantes entières jusqu’au stade de 4 feuilles a été signalée dans certains cas – ici, la théorie des besoins en eau des corbeaux de la région est mise en avant. Les dommages des oscinies sont plus clairement discernables et ne sont visibles qu’à partir du stade des trois feuilles. L’infestation se manifeste sous la forme de petits trous dans la feuille et de passages d’alimentation jaune-blanc. Image : dégats de corbeaux dans le maïs

le traitement actuel n’atteint pas le niveau du mesurol Les deux gros plans montrent les cratères typiques qui se forment lorsque les oiseaux arrachent des plantes entières, y compris leurs racines. Les raisons de cette situation sont multiples et n’ont pas encore été étudiées en détail. Les enrobages répulsifs sont principalement destinées à protéger les grains non germés dans le sol. Les incidents liés aux oiseaux jusqu’au stade de deux feuilles de la plante peuvent être partiellement évités, mais ne peuvent être exclus. En pratique, Mesurol a eu un effet durable en raison de “l’effet répulsif secondaire”, c’est-à-dire l’intolérance pour différents animaux, et a eu un effet systémique jusqu’au stade de la germination. L’enrobage actuellement disponible peut réduire – mais pas éliminer – les cas de dommages importants causés par les corbeaux. Il arrive fréquemment que des dégâts se produisent lorsqu’une plante se trouve dans un état préféré par les oiseaux, contrairement aux populations voisines. Le maïs qui n’est pas encore sorti de terre n’est pas consommé aussi facilement que le maïs au stade trois feuilles ou plus, tout comme le maïs au stade une et deux feuilles. De plus, les zones infestées par les vers sont plus susceptibles d’être consommées que celles qui ne contiennent pas de protéines. Les zones proches des arbres sont préférées aux zones exposées. La protection de la plante de maïs au-delà du stade de deux feuilles ne peut pas être garanti par un traitement des semences. Avec 0,003 ml d’enrobage par grain. Une goutte d’eau contient 0,05 millilitre, soit 10 fois plus.

Cependant, si une telle subtance rend une plante si repoussante pour les corbeaux de telle sorte qu’elle ne soit plus touchée, les agriculteurs doivent se demander si ils veulent encore manger ou donner à manger cette plante et si ils veulent avoir de telles substances dans leurs champs. Les chambres d’agriculture de Hanovre et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie confirment que la pression des dégâts causés par les corbeaux est manifestement élevée cette année. Cela s’explique par les fortes populations d’animaux ainsi que par la dispersion des semis. Ainsi, il y avait toujours des champs dans la phase de croissance préférée, qui étaient alors considérablement endommagés. Les autres années, les semis ont lieu dans une fenêtre beaucoup plus petite et, en même temps, les stocks sont dans un état menacé. Par conséquent, la pression sur les différents sites est moindre et moins perceptible.

SeedForward dispose du traitement biologique des semences spécialement développé parl’Institut Julius Kühn, Institut fédéral de recherche pour les plantes cultivées (JKI), avec des études sur la répulsion. Le JKI, le seul institut allemand qui mène des études sur les dommages causés par les oiseaux en agriculture, a testé le produit avec des faisans. Les résultats le montrent clairement : le produit fait fuir les oiseaux. Notre traitement biologique des semences MAISGUARD a a une clientèle fidèle et satisfaite en Allemagne et dans toute l’UE. “Notre maïs a bien poussé. Nos voisins, qui utilisaient MAISGUARD, n’avaient aucun problème avec les oiseaux”, dit Hans Grötzinger de Bavière. En plus d’une bonne agriculture, cela peut également s’expliquer par un meilleur développement des jeunes pousses, ce qu’on appelle les effets d’évasion des maladies. Les résultats de la recherche JKI en coopération avec SeedForward peuvent être trouvés ici.

[1] https://www.agrarheute.com/pflanze/mais/verbot-mesurol-endlich-klarheit-ueber-verbrauchsfristen-560489
[2] https://www.maiskomitee.de/Aktuelles/Stimmungsbild-zur-Maisaussaat-2020
[3] Ra/WR ZM 8-2020
[4] Chambre de l’agriculture de la Basse Saxe; Secteur Oldenburg-Nord, Nr. 18 / 19.06.2020 Informations sur la production végétale et la protection des plantes pour les prairies et la production de fourrage
[5] https://www.schweizerbauer.ch/pflanzen/ackerbau/kraehenabwehr-wird-problem-55988.html
[6] https://www.proplanta.de/agrar-nachrichten/pflanze/notfallzulassung-gegen-vogelfrass-in-mais_article1575868624.html
[7] http://pmep.cce.cornell.edu/profiles/extoxnet/pyrethrins-ziram/ziram-ext.html#:~:text=ACUTE%20TOXICITY,eyes%20and%20throat%20(10).
[8] https://www.julius-kuehn.de/pflanzenschutz/biologischer-pflanzenschutz/

WP Feedback

Dive straight into the feedback!
Login below and you can start commenting using your own user instantly